SEXE, DROGUE, PROSTITUTION ET… HEC

84fa91699ffe34998126f0d7e2f39949Le film “La Crème de la crème” met en scène un groupe d’étudiants sans foi ni loi d’une école de commerce qui ressemble diablement à HEC.
Toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé…”. Le dernier film de Kim Chapiron (“Sheitan”, “Dog Pound”) n’affiche pas, dans son générique de fin, la phrase rituelle permettant aux longs-métrages de se couvrir légalement en cas de procès. Pourtant, “La Crème de la crème”, qui sort sur les écrans ce mercredi 2  avril, a largement de quoi déclencher les foudres d’une institution, HEC.
9d4b628840adb3a9082af7979b2dfaa3Pourquoi ? Parce qu’il met en scène trois de ses étudiants (Dan, Kelly et Louis) ayant l’idée de mettre en pratique les règles économiques enseignées à l’école de manière, disons, audacieuse : en édifiant rien de moins qu’un réseau de prostitution.
Maquereau-économie
Après tout, mettre en relation des filles belles et pauvres et des garçons aisés ne souhaitant pas s’engager trop vite en amour, cela n’est-il pas une simple application de la loi de l’offre et de la demande ? Cette “maquereau-économie”, comme le résume joliment l’un des personnages, inspire nos trois futurs managers qui, à aucun moment, ne songent à ces vieilleries que sont l’éthique des affaires ou la dignité des femmes.
1134515-maria-prostituee-et-toxicomane-360x240C’est un film super violent, confirme Kim Chapiron au “Nouvel Observateur”. Mais contrairement à mes précédents longs-métrages, la violence ne se trouve pas dans les images, elle est dans le système de pensée. Ce rapport amoral aux choses, c’est le capitalisme dépeint, entre autres, par André Comte-Sponville.” De quoi irriter fortement HEC qui, comme toutes ses consœurs business schools, ne cesse de répéter depuis la crise de 2008 que ses enseignements sont tout entier imprégnés de responsabilité sociale…
Châtaigniers et bâtiments futuristes
Certes,  le nom en trois lettres de l’école n’est pas une seule fois prononcé au cours des 90 minutes. Mais tout concourt à nous faire penser à l’école de Jouy-en-Josas, que, dans le film, son directeur nomme “la meilleure business school d’Europe” – titre que détient HEC depuis de nombreuses années (sauf en  2012).
D’abord, le paysage, mêlant un parc à châtaigniers d’où émergent des bâtiments futuristes néo-80 (passablement moches) et qui évoque diablement ceux de HEC. “Nous avons pourtant tourné à la fac d’Orsay, à celle de Villetaneuse et à Paris-5-Descartes”, s’amuse Kim Chapiron.
images (5)Surtout, une rumeur tenace bien connue (et infondée) de réseau de prostitution qui aurait vu le jour dans les années 70 à Jouy-en-Josas. Le scénariste de “La Crème de la crème” Noé Debré explique d’ailleurs être parti de cette légende urbaine pour construire son script. Plus amusant : d’après Noé Debré, cette rumeur aurait sans doute vu le jour dans les années 90 après qu’une authentique association étudiante, H.E.Sexe (!), est passée devant le conseil de discipline de HEC pour avoir mis en place un système d’échange de DVD pornos.
Crudité
Mais le plus dérangeant pour HEC (laquelle précise au “Nouvel Observateur” ne faire “aucun commentaire à propos de ce qui relève d’une œuvre  de fiction”) – n’est pas la libido tiraillante des étudiants du film, ni le MDMA qu’il ingurgitent.
La Crème de la crème” montre surtout avec crudité une réalité que les grandes écoles tentent le plus souvent de nuancer (pour ne pas dire tapir) : celles d’établissements exclusivement destinés aux jeunes bourgeois blancs de l’ouest parisien, plus désireux de “networker” (réseauter) dans des soirées de beuveries qu’à bûcher les cours, le tout dans un entre-soi socioculturel fort éloigné de l’”ouverture d’esprit” vanté à longueur de communiqués de presse par la Conférence des grandes écoles…
fc2b4cda8474e1711db0a2e16deb5be2Mais au fait, qu’en pensent les principaux intéressés ? “Nous avons montré le film aux étudiants de HEC et même aux anciens de HEC, comme à plein d’autres étudiants de business schools françaises”, raconte Kim Chapiron. Et alors ? Le réalisateur ouvre des yeux ronds. “Et alors quoi ? Eh bien, ils se sont marrés et ont applaudi.”
A croire que, comme on le lit sur Twitter, le film pourrait donner envie aux jeunes de se précipiter à HEC !
ARNAUD GONZAGUE

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s